Focus

Rois mages, zoroastrisme et franc-maçonnerie

Le 6 janvier, l’Epiphanie célèbre trois rois mages, venus d’Orient rendre hommage au Christ, nouveau-né à Bethléem. Leur périple est peu questionné, même si la fête qu’il génère se fait dans le partage joyeux d’une galette « des Rois ». Qu’est-ce que l’« Épiphanie » ? Qui sont ces mages guidés par une étoile ? Et en quoi cet épisode concerne-t-il aussi la franc-maçonnerie ? 

L’Épiphanie et les mages orientaux

Douze jours après Noël, l’Épiphanie, mot qui signifie, d’après son étymologie grecque, « apparition », marque le retour ressenti de la lumière après le solstice d’hiver. Que viennent donc y faire des rois mages, ni hébreux, ni grecs, ni romains, dans la légende chrétienne ?

L’apôtre Matthieu (2.1-12) indique qu’ils arrivent d’Orient guidés par une étoile, sans donner plus de détails. Ce n’est qu’à partir du VIe siècle qu’on fixera leur nombre en les nommant Gaspard, Melchior et Balthazar, et qu’

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n53

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!