Culture

Alain Guédé aux sources du Chevalier de Saint-George

 

Cela fait bien une trentaine d’années qu’Alain Guédé est chroniqueur au Canard Enchaîné. Sur son parcours de musicien amateur et de mélomane éclairé, il a « rencontré » le Chevalier de Saint-George, musicien  célèbre du Siècle des Lumières. Dès lors, il n’a eu de cesse de révéler au public la valeur tant humaine que musicale de ce compositeur métis franc-maçon oublié. 

 

Marie de l’Isle : De quand date votre première rencontre avec le Chevalier ?

Alain Guédé : J’ai toujours eu une véritable passion pour Mozart. L’idée populaire selon laquelle son génie ne serait que la résultante d’un don d’essence divine m’a toujours profondément agacé : Mozart a vécu dans un milieu de musiciens et subi de nombreuses influences qu’il est assez aisé de déterminer. Cependant, ces influences me paraissaient moins évidentes dans son répertoire pour violon, jusqu’à ce que j’entende sur France-Musique une œuvre du Chevalier

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°2

Agenda

Du 16 novembre 2019 - 09:00
au 17 novembre 2019 - 18:00

17e salon maçonnique du livre de Paris

Du 30 novembre 2019 - 09:00
au 01 Décembre 2019 - 19:00

6e salon maçonnique de Toulouse

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!