Tradition

Regard sur le Grand Orient de Suisse

 

Loin de l’image d’Epinal qu’on lui attribue souvent, la Suisse est confrontée aux mêmes problématiques socioculturelles que ses voisins européens. La laïcité, là aussi, est à l’épreuve des intégrismes. Le Grand Orient de Suisse se positionne.

Entretien avec Bernard Paccot, Grand-maître du Grand Orient de Suisse

Propos recueillis par Maud Etcheverry

 

 

Maud Etcheverry : Dans un pays, comme la Suisse, structuré en confédération de cantons et où l’on parle plusieurs langues, comment le Grand Orient de Suisse, porte-t-il le projet universaliste de la maçonnerie ?

Bernard Paccot : Le Grand Orient de Suisse est, d’une certaine façon, calqué sur le modèle de la Confédération Helvétique. Sur un territoire relativement modeste, nous nous trouvons en présence d’une diversité de cultures et de traditions aux personnalités fortes, véhiculée par plusieurs langues. C’est en même temps une formidable oppor

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°4

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!