Société

La révision de la loi de bioéthique : légitimité sociale et enjeu de pouvoir?

A l’occasion de l’élaboration des lois de bioéthique de 1994, et comme pour la loi sur l’avortement, afin de permettre à la société de s’approprier la réforme, la pratique de la législation «  à l’essai » (cinq ans) a été consacrée comme mode de « gouvernance ». 

 

Par ailleurs, la norme s’élabore dans un contexte plus ouvert car les acteurs institutionnels s’accroissent (Agence de la biomédecine, Office parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, missions parlementaires) tandis que des faits divers remettent en permanence sous les feux de l’actualité la question de l’euthanasie, des recherches sur l’embryon ou, encore, la maternité de substitution. Pour canaliser cette diversité des dynamiques, le recours à des Etats Généraux de la bioéthique a laissé, un moment, penser que le déba

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°6

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!