La gourde aux deux Frères

 

Si les gourdes compagnonniques sont fréquentes et instructives, on peut s’interroger sur la destination réelle de celle-ci, à caractère strictement maçonnique, qui n’a été conçue ni pour le voyage ni pour un acte rituel précis. Nous n’en saurons pas plus et nous nous contenterons d’admirer un bel objet à l’imagerie et au message simple et sensible.

 

C’est une faïence de grand feu de Nevers du tournant des années 1790. La facture est artisanale et populaire, dans le style des assiettes parlantes qui se répandent alors et contribuent à diffuser les idées révolutionnaires. Elle a une certaine originalité, avec ses attaches rococo, et aussi une histoire, avec ses traces de fractures. Une face montre, dans une ambiance de chantier, une femme avec trois enfants et le mot « françoise ». Il s’agit de la maçonnerie – une veuve avec ses trois orphelins  - connotée d’une touche patriotique dans l’air du

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°10

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!