La franc-maçonnerie est-elle compatible avec l'Islam ?

 

Aujourd’hui quasi absente du monde arabo-musulman, la franc-maçonnerie y a pourtant une longue histoire. Identifiée à l’occident « croisé » ou au sionisme par les nationalistes et les autorités religieuses, ignorée des masses, elle est aujourd’hui interdite dans la plupart des pays islamiques et tolérée dans une poignée d’entre eux. Peut-elle accompagner la naissance d’une hypothétique démocratie laïque à l’heure du « printemps arabe » ? On peut toujours en rêver tant son histoire est liée au passé colonial. Etat des lieux.

 

Disons les choses clairement : la franc-maçonnerie en terre d’Islam fut essentiellement une affaire juive, chrétienne, étrangère, coloniale. Même s’il est riche en traditions initiatiques et en fraternités ésotériques, l’« orient » maçonnique  est culturellement étranger à l’Orient arabe et musulman. Etrange paradoxe pour un courant initiatique qui, pour l’essentiel puise ses référents symboliques dans la mythologie biblique et donc dans celui des « fils d’Abraham ». 

Le Salomon des francs-maçons n’est-il pas le Suleymane ou Soliman de

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°10

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!