Pierre Mendès France : entre crise politique et décolonisation

 

La référence à Pierre Mendès France (1907-1982) revient régulièrement sous la plume des journalistes quand il s’agit d’évoquer les qualités exigibles d’un homme politique : le sens de l’Etat, le souci des deniers publics, le courage face à l’adversité, le refus de toute compromission, l’amour de la France, la fermeté des convictions. Sept colloques lui ont été consacrés ainsi que six biographies. Ses œuvres complètes, en six volumes, ont été publiées chez Gallimard. Un Institut Pierre Mendès France perpétue sa mémoire et une loge du Grand Orient De France a choisi son nom pour titre distinctif. Et pourtant le gouvernement qu’il présida ne dura que sept mois et dix-sept jours. Il fut, tout au long de sa carrière, l’un des dirigeants les plus haïs par l’extrême droite pour ses origines juives, et un des plus critiqués par la classe politique y compris par les élus de son propre parti.

 

Issu d’une famille marrane chassée du Portugal par l’Inquisition avec pour ancêtre un certain Mendès de Franca (d’où le nom de Mendès France), durablement installée à Bordeaux,  Pierre Mendès France a pour père un chef d’entreprise, quelque temps franc-maçon, et pour mère une Alsacienne d’origine ashkénaze. Il voit le jour en 1907 dans une famille aisée, traditionnellement de gauche et passionnément patriote.  

De brillantes études le conduisent au barreau. Une passion précoce pour la politique et l’économie le font remarquer par les tén

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°12

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!