Maria Deraismes : Symbole de l’égalité initiatique

 

Les Constitutions de 1723 de James Anderson, adoptées par la Grande Loge Unie d’Angleterre étaient sans ambiguïté : « Toutes les personnes pour être admises membres d’une loge doivent être des hommes bons et fidèles, nés libres et arrivés à l’âge de discrétion et de jugement sain ; ni serfs, ni femmes, ni hommes immoraux ou scandaleux mais de bonne réputation ». Il faudra toute la ténacité d’une Maria Deraismes, qui prône l’émancipation des femmes, pour être à l’origine, en France, de la première obédience mixte à initier des femmes : le Droit Humain.

 

Dès 1744 il est établi que l’on recevait des femmes en franc-maçonnerie, mais pas dans de véritables loges, dans des loges d’adoption souchées sur des loges masculines. Ces femmes « adoptées » ne recevaient pas la même initiation que les hommes, elles avaient des rituels qui leur étaient propres et dont les références symboliques et culturelles étaient essentiellement bibliques. Les réunions consistaient en la présentation de discours et lectures de poésies, complétés par des bals et œuvres de bienfaisance. Ces occupations étaient aux antipodes d

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°13

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!