Le devoir de dire

L’approche des élections présidentielles est toujours une opportunité pour une grande institution d’apporter sa pierre au débat national et international. Que l’institution soit culturelle, cultuelle, philosophique, politique ou caritative, chacune agit pour faire entendre les valeurs qu’elle défend. Les obédiences maçonniques n’échappent pas à la règle.

 

Les sujets sociétaux sont ainsi débattus en loges pour qu’une synthèse soit proposée lors des congrès. Celle-ci est ensuite envoyée au gouvernement ainsi qu’aux principales forces politiques républicaines. Cela suffit-il pour qu’elles soient entendues ? Rien n’est moins sur. Le poids aujourd’hui est à l’image de la diversité des obédiences et de la pluralité des messages. Il y a autant d’avis et d’opinions différents qu’il y a d’obédiences. Et comme chaque obédience a envie d’exister sans être en permanence sous la tutelle de l’aut

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°15

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!