Ciel ! Ma femme est une frangine

 

Dans l’inconscient collectif et dans la tradition culturelle et sociale, un homme va regarder le foot avec ses amis, participer à des réunions tardives, ou adhérer à des associations. Et que font ou plutôt que faisaient les femmes pendant ces moments là ? Personne ne s’étonnait qu’elles soient à la maison avec les enfants, devant une table à repasser, ou bien à regarder la télévision. Jacques vit le scénario inverse : il y a 30 ans, en épousant Giselle, il est entré dans une famille de francs-maçons, et c’est sa femme, qui peu de temps après leur union est devenue une frangine. Une situation pas si fréquente puisque la maçonnerie compte à peine 20% de femmes. Rencontre.

 

Magali Aimé : Que pensez-vous aujourd’hui de l’adhésion de votre épouse à la franc-maçonnerie ?

Jacques : Dire que j’en suis toujours heureux serait faux, car mon épouse y consacre un bon nombre de soirées, et il est vrai qu’à certains moments je me sens... un peu seul... pour ne pas dire un peu « trompé ». Mais l’épanouissement que cela lui procure m’est précieux, il participe de son équilibre et de l’équilibre de notre couple. Je me souviens du jour où elle est passée sous le bandeau, les enfants étaient avec moi pour l’accompagner j

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°19

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!