Lieux et légendes du Paris maçonnique

 

Paris est-elle la première ville maçonnique de France ? Si l’on entend par là, la densité d’initiés, alors Paris avec 3 à 4 initiés pour 1000 habitants, est loin derrière Perpignan dont le taux d’initiés flirte avec le 12 pour 1000 ! Puisque ce n’est donc pas par la densité, il y aurait il des tracés secrets dans le plan d’architecture de la Ville ? C’est peu vraisemblable : d’abord, Paris est une très ancienne cité (en 52 av. J.-C., les troupes de Jules César envahissent et rebaptisent Lutèce, la ville habitée par une peuplade gauloise : les Parisii) dont l’existence est bien antérieure à l’Art Royal. Enfin il y a eu bien sûr, les immenses travaux d’Haussmann, qui aurait fourni l’opportunité de placer ici ou là un triangle, des colonnes, des compas et des équerres. Mais malheureusement pour les amateurs de complot, le Baron n’était pas franc-maçon.  

Paris ne cache donc aucun tracé, si ce n’est celui de l’Étoile, voulu par Napoléon 1er, mais qui symbolise le rayonnement de l’Empire, et non de l’Ordre, dont il s’était proclamé le Protecteur. 

Le rayonnement maçonnique de la Capitale est plutôt à chercher dans les courants de la pensée maçonnique, et de leurs évolutions. Si Londres est la ville de la tradition maçonnique et des Landmarks, Paris est la ville des Lumières dont les idées auront une influence directe sur l’évolution et la pluralité de la maçonnerie. Les différentes bâtisses qui abritent les principales obédiences en portent témoignage. On peut donc visiter le Paris des maçonneries avec la clé de ses rapports à la notion de sacré et à ceux de l’initiation des femmes.

Enfin, le promeneur au regard averti peut trouver des traces, des monuments ou des symboles cachés en hommage à des personnalités maçonniques considérables, et pourtant parfois oubliées. 

 

Les origines

C’est d’Angleterre, mère patrie de la franc-maçonnerie dans sa forme moderne, que viennent les Frères qui installent la toute première loge à Paris. Si la date de son allumage des feux est imprécise (1725 ou 1726), il est en revanche patent qu’elle est créée par des Anglais réfugiés en France pour des raisons politico-religieuses. Exilés parce que partisan des Stuarts, dont la Maison ne règne plus en Angleterre depuis que les Hanovre sont montés sur le Trône, Charles Radcliffe, Comte de Derwentwater, le Baronnet Mac Lean et le sieur O€

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n°24

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!