Maria Deraismes et le droit de maçonner des femmes

 

Samedi 14 janvier 1882, ils l’ont fait ! Il est autour de 20h00 et la première apprentie de France va livrer sa première planche quelques instants après sa cérémonie d’initiation(1)…

400 personnes sont conviées à ces agapes transformées d’une certaine manière en Tenue Blanche Ouverte (2).

 

Ce discours est un plaidoyer au « droit de maçonner de la femme », et devient ipso facto un  texte fondateur de la franc-maçonnerie mixte ou féminine, qui conduira quelques années plus tard à la création du Droit Humain… Certains passages sont d’une intemporalité saisissante et n’ont pas pris une ride dans ce débat toujours à vif dans le paysage maçonnique français :

À quel titre la franc-maçonnerie nous a-t-elle éliminées ? Détient-elle le monopole des vérités supérieures accessibles seulement aux intelligences d'élite ? Non. A-t-elle des

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°24

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!