Interview de Daniel Keller, Grand maître du Grand Orient de France

Récemment élu grand maître du Grand Orient de France, depuis le 29 août dernier, Daniel Keller, fidèle à la tradition d’une obédience attachée aux débats d’idées et aux valeurs républicaines, s’est publiquement positionné dans l’affaire très médiatisée de la crèche Baby-Loup, qui met en jeu le principe de laïcité.  Au-delà de ce débat, Daniel Keller souhaite que le GODF dont on célèbre en cette fin d’année les 240 ans redevienne un pôle de référence intellectuelle, un facilitateur de dialogue, et une entité fédératrice au sein d’un paysage maçonnique hétéroclite. Un programme ambitieux, mais, estime Daniel Keller, à la hauteur d’une obédience dont l’histoire a montré la forte identité.

HC : Comment interprétez-vous le récent avis de l’Observatoire de la laïcité, qui se montre défavorable à une loi sur la laïcité étendue au domaine privé (1) ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° N°28

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!