L’Orient de Clermont-Ferrand : des Enfants de Gergovie à Alexandre Varenne

En 2014 la ville de Clermont-Ferrand accueille une importante communauté maçonnique comptant entre 1600 et 1700 membres qui se répartissent dans les différentes obédiences de la Franc-maçonnerie française. Située au cœur du Massif central cette ville est encore bien éloignée de Paris et même de Lyon. Si au XVIIIe siècle il fallait huit jours en carrosse pour atteindre la capitale, aujourd’hui le TGV ignore encore la capitale du pneumatique. Pourtant aux deux époques, XVIIIe et XXIe siècles l’activité maçonnique s’y est développée en s’affirmant et en se diversifiant. Dresser le tableau de la situation actuelle serait incomplet si l’on omettait de rappeler les premières loges du XVIIIe qui ont ouvert leurs colonnes aux Trois Ordres et répandu un peu de l’esprit des Lumières. Elles ont alors ouvert la voie aux échanges, aux discussions. Elles ont amorcé un pas vers l’égalité.

De nos jours, les loges maçonniques ne sont plus celles de 1760. La franc-maçonnerie qui s’est affirmée à Clermont-Ferrand l’a fait par étapes. Elle a connu heurs et malheurs, et a pris plusieurs orientations suivant les époques pour arriver à la situation actuelle caractérisée par la diversité des obédiences présentes. Il faut toutefois noter que l’une d’entre elles, le Grand Orient de France, a joué un rôle essentiel avec la loge Les Enfants de Gergovie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n°31

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!