Loges bleues, tabliers rouges… Les couleurs de la franc-maçonnerie

Rire jaune ou piquer une colère noire… Force est de constater que la vie nous en fait  voir de toutes les couleurs. Le « langage sacré » des couleurs dans les religions polythéiste ou monothéiste a réglé la symbolique de l’architecture, de la statuaire, de la peinture. Ce langage universel passera au fil du temps, du sacré au profane et l’on attribue aux couleurs, divers symboles telles l'espérance, la sagesse, la trahison, la fidélité, la pureté ou la passion. Une symbolique qui n’échappe pas à la franc-maçonnerie et qui aura une influence sur les costumes des officiants. Tabliers bleus ou rouges, robes blanches, jaunes ou noires pour les femmes, les couleurs revêtent une signification bien particulière.  

Une histoire de bleu ou le bleu de l’histoire maçonnique ? Roger Dachez écrit qu’en 1727 il est seulement question de collier (baudrier) blanc et d’un galon de soie blanc qui borde le tablier de peau. Ce sera en mars 1731 que la Grande Loge dans un nouveau règlement prescrit des galons bleus autour des tabliers et des cordons bleus autour du cou pour y accrocher les bijoux du grade. C’est donc entre 1730 et 1745 que le bleu s’installe dans les loges des trois premiers degrés. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n°31

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!