Actualité

Interview : Pascal Mousset Le GITE, c'est la mise en pratique de la chaîne d'union

DR

Figure de la restauration parisienne, Pascal Mousset gère Chez Françoise dans le 7e et Le Petit Marguery dans le 13e. Pour lui, le GITE permet de concrétiser les valeurs maçonniques et certains messages du rituel.

Thierry Masclot : Comment êtes-vous arrivé dans le monde de la restauration ? 
Pascal Mousset : Je suis un enfant de la balle. Je suis d’une famille aveyronnaise venue à Paris pour travailler dans le monde de la restauration et de l’hôtellerie. Mon grand-père avait déjà un hôtel à Paris. Très tôt, j’ai voulu en faire mon métier. Après un Bac C, j’ai intégré l’école hôtelière de Saint-Quentin-en-Yvelines, au grand désespoir de mes parents d’ailleurs… Ensuite, j’ai fait un stage au Hilton de Paris à la Tour Eiffel (devenu le Pullman : ndlr) puis j’ai rejoint le groupe Flo fondé par Jean-Paul Bucher. De 20 à 26 ans, j’ai passé six ans auprès de celui qui a été mon seul patron. À 24 ans, j’étais Directeur de la Coupole à Montparnasse. À 27 ans, je me suis mis à mon compte. J’ai racheté Le Bistro 121, un étoilé parisien qui était tenu par un maçon du Grand Orient de France.

TM : C’est à ce moment-là que vous avez été initié ? 
PM : Non, j’entendais parler de la franc-maçonnerie, certains clients m’approchaient, mais à l’époque je ne savais pas ce que c’était et ce n’était pas le moment. J’étais pris par mes obligations professionnelles, je n’avais pas le temps. En 1993, j’ai repris Chez Françoise, qui était lui aussi tenu par un maçon. Le restaurant fermait parfois pour faire des agapes. J’ai découvert qu’une partie du monde politique y avait son rond de serviette… Je suis entré en maçonnerie à une époque où mes affaires marchaient, mais je venais de divorcer ; à ce moment-là de ma vie je me posais des questions. J’avais pu observer le désintéressement et l’attachement à ma personne de certains Frères et j’ai voulu franchir le pas. 

TM : Et vous avez choisi la Grand Loge Nationale Française… 
PM : Oui la GLNF correspondait à mes convictions, je suis issu d’une famille catholique, paysanne, du Centre de la France, où l’on va à la messe depuis tout petit. La reconnaissance internationale de la GLNF m’a aussi séduit. J’ai finalement été initié en 1997 et j’ai rapidement rejoint le GITE en tant qu’administrateur.

TM : Qu’avez-vous trouvé au sein du GITE ? 
PM : D’abord j’y ai retrouvé tous mes copains aveyronnais alors que je ne savais pas qu’ils étaient maçons. Cela a été une autre façon de découvrir des gens que je connaissais par ailleurs, j’ai alors compris pourquoi je m’entendais bien avec eux. 

TM : Que diriez-vous à un frère restaurateur pour le convaincre de rejoindre le GITE ? 
PM : Le GITE, c’est la mise en pratique de la chaîne d’union. Cette fraternelle permet de voyager avec un réseau de confiance composé de professionnels de l’hospitalité. Lorsqu’on a besoin de bonnes adresses, ou si on a un problème, on peut m’appeler, il y a mon 06. L’engagement que l’on prend au GITE est d’accueillir les frères comme des clients, mais pas seulement, il est de prendre soin d’eux pour rendre leur séjour plus facile. C’est l’esprit des « cayennes » des Compagnons du Tour de France. 

TM : Comment expliquez-vous que le GITE ne soit pas plus connu des Frères ? 
PM : Le GITE est la plus grande association interobédientielle de frères, mais il y a eu un déficit de communication, la numérisation de l’annuaire est assez récente, et puis les différentes obédiences n’en font pas assez la publicité. Je leur lance d’ailleurs un appel ! 

Chez Françoise, la cantine des parlementaires… et des maçons 
Situé sous l’aérogare des Invalides, Chez Françoise est situé au cœur de Paris, à deux pas de la Tour Eiffel. L’établissement jouit d’une très belle réputation grâce à sa cuisine traditionnelle française, à la carte on trouve des ravioles de homards, des noix de ris de veau rôties, un risotto aux girolles… et à sa clientèle de députés et collaborateurs de l’Assemblée Nationale et du Ministère des affaires étrangères, notamment. Le clin d’œil, un Menu Parlementaire est disponible avec entrée plat et dessert à 38 €, il est servi 7jours/7 midi et soir 

Infos pratiques

Chez Françoise 
Aérogare des Invalides
75 007 Paris
contact@chezfrancoise.com

Le Petit Marguery 
9 Bd de Port-Royal, 
75 013 Paris
contact@petitmarguery.com 

Le G.I.T.E.
36, avenue de Clichy
75018 Paris
Email : le.gite@free.fr

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n88

Agenda

Du 15 Octobre 2022 - 10:00
au 16 Octobre 2022 - 18:00

3e salon du livre Maçonnique de Nantes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!