Chateaubriand en Amérique : un voyage à géographie variable

Pour se mettre à l’abri de la tempête révolutionnaire qui balaya la monarchie pourtant millénaire, François-René de Chateaubriand s’embarque le 8 avril 1791 pour près de huit mois en Amérique. Devant l’effondrement de l’Ancien régime, il trouva dans le Nouveau Monde un refuge adéquat. Juché au sommet de ses 23 ans, désirant donner un but utile à son voyage, il proclame vouloir découvrir le passage du Nord-ouest. Fougueux, il aura néanmoins la sagesse d’abandonner ce projet fumeux. 

Ce voyage sera initiatique. Il sera un réservoir dans lequel l’écrivain puisera sa vie durant, comme le précise Sébastien Baudoin dans la réédition du Voyage en Amérique qu’il dirigea en 2019 pour les éditions Gallimard. 
Imbibé de rousseauisme, le voyageur souhaite renouer avec sa nature sauvage : « liberté primitive, je te retrouve enfin », écrit-il dans les Mémoires d’Outre-Tombe. Entre les forêts s’étendant à perte de vue, la voûte céleste criblée de pierreries étincelantes et le profond rugissement des chutes du Niagara, l’écrivain exp

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°76

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!