Culture

Avoir été grand maître et finir dans l’indigence : Philip Wharton

Devenir Grand Maître mène à tout. Même à mourir à 32 ans, alcoolique, dans un monastère au cœur de la Catalogne et être enterré dans un coin de cours sous une gouttière.

Dans une précédente chronique de Franc-Maçonnerie Magazine, nous laissions le duc de Wharton (1698-1731), ancien grand maître de la Grande Loge de Londres et probable fondateur de l’ordre parodique des Gormogons en exil après avoir pris la fuite suite à une série de condamnations. Celui qui avait claqué la porte de la Grande Loge de Londres en 1723 est le même, et nous l’ignorons souvent, qui (couronné, en manteau à droite), représenté sur le frontispice des premières Constitutions d’Anderson reçoit lesdites constitutions de la main du duc de Montagu (

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°64

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!