Culture

De l’or des rois Mages aux galettes

L’Épiphanie est une célébration religieuse commémorant la présentation de l’Enfant Jésus (Messie incarné dans le monde) aux Rois Mages venus l’adorer. Théoriquement fêtée par les chrétiens (catholiques, orthodoxes, luthériens et anglicans) on la célèbre le 6 janvier dans les pays où le jour est férié, ou le 2e dimanche après Noël. 

Fêtée depuis le IIe siècle apr. J.-C., au fil des siècles l’Épiphanie a pris une connotation gourmande, raison pour laquelle la célébration est pour ainsi dire devenue une fête civile, en tout cas populaire. Les boulangers-pâtissiers l’ont bien compris, qui vendent désormais des galettes tout le mois de janvier.
Textuellement, épiphanie signifie « apparition », tout comme « théophanie », son synonyme. Cette reconnaissance des Rois Mages — Melchior, Balthazar et Gaspard — était censée être universelle, chacun d’eux représentant respectivement l’un des trois continents connus à l’époque : l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Et comme presque toutes les fêtes religieuses, l’Épiphanie s’est superposée à des traditions païennes, notamment les fêtes de la lumière de l’Antiquité et la fête des Saturnales des Romains. Mais contrairement aux crêpes qui symbolisent la lune (voir notre n° 78), par sa forme ronde et dorée, la galette symbolise le soleil. L’étymologie d’épiphanie vient d’ailleurs du grec phainen qui signifie briller et du préfixe épi (sur). Les Saturnales étaient quant à elle des fêtes licencieuses où, pendant sept jours, la hiérarchie et l’ordre social étaient bousculés : un jeune homme fort parmi les soldats était élu pour représenter Saturne et pouvait commander tout ce qu’il voulait, faire des maîtres des esclaves et inversement. Fête où la nourriture et la boisson étaient prodiguées sans mesure. C’est cette ancienne fête qui a inspiré la tradition de la galette des Rois.
En effet, l’usage de glisser une fève — au départ la vraie légumineuse — dans la galette avait pour but d’élire roi ou reine de la journée celui ou celle qui la trouvait dans sa part de gâteau. Avec le temps, des figurines en porcelaine à connotation religieuse (souvent le petit Jésus emmailloté ou l’un des Rois Mages) ont remplacé le haricot, mais hélas, les fèves sont aujourd’hui pour la plupart du temps en plastique et représentent n’importe quoi, des animaux, des personnages de Walt Disney en passant par les ballons de foot et autres. Les collectionneurs de fèves s’appellent des fabophiles.
Cette tradition du partage de la galette remonte au XIVe siècle. Autrefois, il était d’usage de couper la galette en autant de parts que de convives plus une appelée « la part du pauvre », réservée au premier pauvre qui se présentait. Coutume tombée en désuétude.
C’est généralement un enfant (car innocent) caché sous la table qui désigne à qui revient chaque part. Et c’est évidemment la personne qui trouve la fève dans sa part qui est symboliquement couronnée et qui à son tour (mais pas toujours) élit son roi ou sa reine en déposant la fève dans son verre. Depuis 1975 la coutume veut que le Président de la République partage lui aussi une galette dans son palais de l’Élysée, mais elle a la particularité de ne pas contenir de fève, car il serait inconvenant qu’un Président de la République soit élu roi ni personne de son entourage.
La galette traditionnelle — qui peut être « sèche » ou fourrée à la frangipane se consomme surtout au nord de la Loire. Dans le Sud-Ouest, on lui préfère une brioche en forme de couronne parsemée de sucre cristallisé (comme la couronne bordelaise) et parfois de fruits confits (surtout angélique et cerises confites). Dans le Sud-Est, la brioche est plutôt pleine (gâteau) et chargée de fruits confits. Gâteau qui a tendance à subir une certaine désaffection en raison du prix élevé des fruits confits.
Galette, couronne ou gâteau sont des mets qui se partagent et en cela, ils sont tout à fait indiqués pour des agapes en loges. Néanmoins, tout comme pour le président de la République, reste à savoir si un vénérable maître peut symboliquement être couronné roi du jour…

 

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine N°96

Agenda

Le 07 Mars 2024 de 19:30 à 21:30

La transmission, quête d’amour et de spiritualité

Le 09 Mars 2024 de 14:00 à 16:00

Excision : De la chirurgie à l’engagement

Le 11 Mars 2024 de 19:00 à 21:00

Femmes et franc-maçonnerie

Le 16 Mars 2024 de 14:00 à 18:00

Les femmes au cœur de l’Europe

Le 06 Avril 2024 de 14:00 à 18:00

L’Europe face à son avenir

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!