Culture

Du haut de ces pyramides…

La fascination pour l’Égypte ancienne n’est plus à démontrer. L’extraordinaire exposition « Toutânkhamon, le trésor du pharaon » qui présente 150 objets jusqu’au 15 septembre 2019, à la Grande Halle de la Villette à Paris, risque fort de dépasser la fréquentation de celle de 1967, au Petit Palais, qui avait rassemblé 1,2 million de visiteurs. L’imprégnation de l’égyptomanie apparaît clairement dans l’architecture, la littérature, mais qu’en est-il pour la franc-maçonnerie ?

 

Si Jean-François Champollion nous a donné les clés pour déchiffrer les hiéroglyphes dès 1822, c’est aujourd’hui, Jean Iozia qui nous guidera dans le labyrinthe de la franc-maçonnerie égyptienne. Premier Patriarche Grand Conservateur du Grand Ordre Égyptien du Grand Orient de France, il est l’auteur de Jinarajadasa (1875-1953), théosophe, franc-maçon et bouddhiste. Une Lumière venue d’Orient (Édimaf, Paris, 2017). Il nous explique : « Le développement des collections du Louvre, les voyages d’artistes et de savants depuis la campagne d’Égypte ont a

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°69

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!