Culture

L’Ardèche : ses catholiques, ses protestants, ses francs-maçons, ses vins

L’ancienne province royale du Vivarais, devenue pour l’essentiel département de l’Ardèche est traversée par la ligne de partage des eaux qui se déversent au Sud-est vers le Rhône et la Méditerranée et à l’ouest vers la Loire et l’Atlantique. Mais cette belle région de transition est partagée par d’autres lignes de rupture.

 

Il y a les Ardéchois du Haut que l’on appelle Pagels. Ils cuisinent plutôt au beurre, vivent dans des maisons à toits de Lauze, sont solidement catholiques, paysans et plutôt conservateurs. Les Rayols, qui vivent dans les vallées, cuisinent à l’huile, ont des maisons à toits de tuiles, sont souvent protestants, ont l’esprit commerçant et le cœur farouchement républicain. Des premiers émergent les figures de Vincent d’Indy, grand musicien français, antirépublicain, royaliste et antidreyfusard ; le folkloriste Joseph Canteloube, compositeur officiel du Vi

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°50

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!