Culture
François Morel

Le chat de James Anderson

Salomon, le chat de la concierge de l’immeuble où habitait Julien avait pris l’habitude d’attendre le jeune homme sur le pas de la porte. Lorsque les fenêtres étaient ouvertes, le matou arrivait à se glisser dans la chambre de Julien.

"C’est quoi cette rose ? T’as vu l’heure ? Tu m’avais dit que tu rentrerais un peu tard, mais là…

  • Salomon, c’est qu’il est tard et demain…
  • Oui, je sais, demain tu te lèves tôt. Mais je vois dans ton regard que tu as passé une soirée spéciale. Tu as rencontré quelqu’un ?
  • Non, enfin oui, et pas qu’une personne. Ce soir, j’ai été initié.
  • Initié ?
  • Oui, initié, tu as devant toi un initié, enfin un petit, je débute, je ne suis qu’un apprenti.
  • On est tous des apprentis, murmura le chat.
  • Qu’est-ce que tu dis ?
  • Rien… comment es-tu arrivé dans ce, dans cette, euh…
  • Dans cette Loge ? C’est une longue histoire en rapport avec mes questions sur le sens de la vie.
  • Oui, je vois,
  • Ça m’étonnerait… Mais je me demande bien pourquoi je te raconte tout ça. Allez, oust, du balai le greffier ! Je vais dormir, ajouta Julien en poussant le chat vers la sortie.
  • Bas les pattes, pas si vite, tu vas tout me raconter.
  • Je n’ai pas le droit, j’ai prêté serment de ne rien…
  • … de ne jamais révéler aucun des Secrets de la Franc-Maçonnerie à qui n’a pas qualité pour les connaître… oui, je sais, compléta Salomon.
  • Tu sais ?
  • Oui, je sais. Ouvre une bouteille et pas du muscadet, on n’est pas chez Geluck, du Chablis et une boîte de thon, et je te raconte tout.
  • Je n’ai pas de thon, mais j’ai un reste de poulet, lui cria Julien de la cuisine.

Salomon bouda le blanc de poulet que Julien avait émietté, but quelques gorgées de vin, se lissa les moustaches et vint se coucher près de Julien.

  • J’ai bien connu un franc-maçon, déclara le chat entre deux gorgées. C’était il y a longtemps, à Londres, James. C’est lui qui a écrit un livre sur la franc-maçonnerie.
  • Anderson ? James Anderson ? Les Constitutions d’Anderson, mais ne me dis pas que…
  • J’avais pris l’habitude de me caler sur ses genoux lorsqu’il écrivait. Quelques fois même, je lui soufflais quelques formules. Tiens, le « Centre d’Union », c’est de moi, « Athée stupide » c’est encore moi. James écrivait bien, mais il avait souvent besoin d’un petit coup de pouce.
  • Et bien sûr, demain, tu vas me raconter que tu allais boire des coups à la taverne L’Oie et le Grill et que…
  • Ah oui, ça aussi, ajouta le chat entre deux gorgées, James Anderson travaillait avec un certain Desaguliers, un Français très érudit. Un soir, alors que je rentrais d’une promenade dans le frog londonien, je surpris les deux hommes en pleine polémique à propos des femmes, car si le français penchait pour les accepter dans les loges, l’anglais refusait catégoriquement cette possibilité et cependant…

Julien contemplait le chat avec admiration. Salomon, ce drôle de chat causant avait réponse à tout et quand il ne savait pas il inventait. Mais la parole du chat contenait souvent des parcelles de vérité et Julien se demandait souvent comment il pouvait aussi bien comprendre les affaires humaines.

  • Bon, je vois que tu ne m’écoutes plus, soupira le chat et il n’y a plus de vin. Tu peux jeter le poulet. Je vais rejoindre mes compagnons de nuit."

Avant de sauter sur le rebord de la fenêtre, Salomon jeta discrètement un coup d’œil sur le bureau de Julien. Un gros livre jaune et noir sur la franc-maçonnerie était ouvert à la page 393 et Julien comprit où le chat avait déniché les détails de son histoire.

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine N95

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!