Culture

Madame Vigée-Lebrun, à la croisée des destins

L’exposition* du Grand-Palais à Paris, jusqu’au 11 janvier 2016, autour de Madame Vigée-Lebrun (1755-1842), réveille curiosités et publications diverses sur cette femme d’exception assez peu ou mal connue. Elle traversa des périodes de l’Histoire particulièrement mouvementées, vécut tant d’événements, de succès et de peines, qu’elle fit écrire sur sa tombe à Louveciennes : « ici enfin, je repose ». 

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°43

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!