Culture

Symbolique, réflexion et sagesse Les rituels culinaires d’Extrême-Orient

Shutterstock image

Comparer des rituels maçonniques et des rituels culinaires peut sembler incongru sauf quand de vieilles croyances populaires s’en mêlent, comme aux solstices d’été et d’hiver. Mais en y regardant de plus près, la cuisine fait intervenir bien d’autres composantes que la physique et la chimie et la géographie (terroir) et l’histoire. En Orient, et plus précisément en Extrême-Orient, cela s’apparente même à une forme de philosophie.
Par Extrême-Orient, j’évoquerai ici la Chine et le Japon, situés à l’est de l’Asie, à l’orient, là où le soleil se lève et donc la lumière. On notera déjà la parenté avec le nom Grand Orient.

La Chine est un pays de traditions d’autant plus respectées que sa politique musclée n’incite pas vraiment à la fantaisie. On sait aussi que la viande de cochon est la viande la plus consommée au monde et que ce sont les Chinois qui en sont les plus gros consommateurs. Il se raconte même qu’au temps des invasions barbares, si l’Islam n’a pas réussi à pénétrer l’Empire Céleste, c’est parce que le tabou du porc leur eut été insupportable.
Le cochon se dit tchou en chinois et est représenté par un idéogramme. Or, il est tellement lié à leur quotidien, à leur civilisation que l’idéogramme pour dire « 'famille »' se représente par l’idéogramme cochon surmonté de deux traits inclinés représentant les pans inclinés d’un toit. Car le cochon et tout ce qui se rapporte à lui est symbolique et fait partie intégrante de la famille et de ses rituels, les familles n’ayant pu s’établir qu’à partir du moment où les peuples n’étaient plus nomades, le nomadisme ne permettant pas l’élevage d’animaux sédentaires. Ce qui lia définitivement le destin du cochon à l’homme.

Sans même évoquer la cérémonie du thé, d’une extrême complexité — et qui n’est pas sans s’apparenter à une parade sexuelle —, au Japon, tout résulte d’une réflexion intense, presque torturée, qui envisage tous les aspects, même irrationnels. Le mental se fait philosophique pour examiner tout acte culinaire. Ainsi, un chef passé maître dans la découpe du poison cru fera plusieurs fois le tour dudit poisson pour appréhender le meilleur angle afin que la chair soit la plus goûteuse, la plus moelleuse possible.
Rien n’est jamais fait au hasard, mais en vue d’une transmission. Or, pour culinaire qu’elle soit, cette transmission a la même valeur symbolique qu’une chaîne d’union.

 

Baguettes
Il n’est pas jusqu’à l’art de manger avec des baguettes qui ne provienne d’une réflexion altruiste, la main utilisée directement n’était pas assez pure, mais le couteau (poignard) étant considéré comme une arme, donc non convivial. Cependant, le boom des baguettes jetables a entraîné un désastre écologique puisque chaque année ce sont 80 000 milliards de paires — induisant la coupe de… 20 millions d’arbres ! — qui finissent en montagnes de déchets. Et ce, malgré une taxe de 5 % instaurée en 2006 par le gouvernement sur ces baguettes.

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine La Chine et Confucius - Entre le compas et l'équerre

Agenda

Le 07 Mars 2024 de 19:30 à 21:30

La transmission, quête d’amour et de spiritualité

Le 09 Mars 2024 de 14:00 à 16:00

Excision : De la chirurgie à l’engagement

Le 11 Mars 2024 de 19:00 à 21:00

Femmes et franc-maçonnerie

Le 16 Mars 2024 de 14:00 à 18:00

Les femmes au cœur de l’Europe

Le 06 Avril 2024 de 14:00 à 18:00

L’Europe face à son avenir

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!