Droit au savoir numérique Chronique Franc-maçonnerie et société

NGH Presse

Les fractures de notre pays montrent combien tout corps est fragile, encore plus s’il est privé de la substance vitale qu’est l’esprit et s’il ressent des agressions mettant en cause le respect de son humanité. Parmi ces fractures douloureuses, il en est une qui devient très préoccupante : l’adaptation de la société à la civilisation numérique. C’est-à-dire apporter des réponses à une question devenue lancinante : quelle place pour l’homme ? Quel humanisme dans cet univers technologique ?

 

Nous pouvons considérer comme certains qu’il est trop tard, d’autres entendent travailler à partir de leur idéal humaniste afin que l’Homme reste au centre. Le 5 novembre, à l’invitation de FM&S, 150 francs-maçons et maçonnes se sont réunis à l’Assemblée nationale pour exprimer leur volonté de construire une société toujours plus humaine. Ainsi, ils ont pu questionner et faire part de leurs réflexions après les prises de parole des Grands Maîtres et dignitaires des huit principales obédiences françaises, d’experts de haut niveau, de Joël de Rosnay et de Jean-Louis Touraine, Député du Rhône. Ces travaux très appréciés ont abouti à l’adoption d’une Motion sur un sujet de fond « le droit au savoir numérique ». Motion que nous vous invitons à lire ci-après afin que vous participiez au débat et aux travaux ouverts à tous les Frères et à toutes les Sœurs au sein de FM&S. 
Dénoncer les dangers du tout numérique ? Certes. Vilipender les scientifiques ? Combat d’arrière-garde. Alerter sur le réchauffement climatique ? Obligatoire. S’alarmer de la perte de valeurs et de sens ? Évidemment. Et alors ? Les francs-maçons proclament leur engagement à travailler au bonheur de l’humanité. Le chantier de la civilisation numérique appelle les ouvriers maçons !

MOTION

L’humanité connaît depuis 70 ans un basculement de civilisation qui s’inscrit dans la longue histoire du progrès. 
La transformation s’accélère un peu plus chaque année depuis 1980. 
La civilisation numérique bouleverse la vie de tout être humain dans sa dimension aussi bien sociale que culturelle et économique. Le meilleur des  leçons du passé devrait guider les dirigeants pour éviter le pire.  

C’est dans ce contexte que nous, membres de Franc-Maçonnerie et Société, nous lançons un appel aux dirigeants de la France dans la continuité des droits fondamentaux de tout être vivant comme les a définis la Charte des Droits de l’Homme adoptée par l’ONU en 1948.

Que la France prenne l’initiative de déclarer et de mettre en œuvre
LE DROIT AU SAVOIR NUMÉRIQUE

Le Droit au savoir numérique couvre un ensemble de droits et de devoirs qui vont de l’éducation aux médias numériques dès l’école primaire ou de l’accès aux sources des bases de données personnelles jusqu’à l’obligation pour tout citoyen de se conformer à un Code de l’exercice numérique. 

 Le Droit au savoir numérique, d’une portée mondiale, oblige une véritable concertation entre tous les acteurs du numérique et les représentants des citoyens afin d’aboutir à une Charte du Droit au Savoir numérique. En soulignant que « concerter » signifie « faire participer » et non pas « consulter » ! 

La création de valeurs induites par cette révolution numérique doit pour nous FM&S reposer sur le bien commun. Ainsi le Droit au Savoir numérique marquera une étape essentielle à la construction du bonheur de l’humanité auquel chaque franc-maçon s’est engagé à travailler sans relâche. 

Ce 5 novembre 2018, les francs-maçons réunis à l’Assemblée nationale par Franc-maçonnerie et société ont adopté cette motion et appellent à la création du Groupe de Concertation nationale pour élaborer le Droit au Savoir numérique.

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°66

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!