Focus

Communisme et franc-maçonnerie L'impossible 22e condition

Le congrès de Tours de décembre 1920 voit la scission du Parti socialiste SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière) et la naissance du Parti communiste français, qui désormais manifeste un attachement sans faille au bolchevisme soviétique. Deux ans plus tard, tombe de Moscou un ukase catégorique : il est désormais interdit aux militants communistes d’être francs-maçons.

Jusqu’en 1920, au sein de la « famille » socialiste unifiée en 1905, la cohabitation entre socialistes et francs-maçons n’a guère posé de problèmes. Certes, des militants étaient foncièrement hostiles à ces deux engagements : dans deux congrès, en 1906 et 1912, ils déposent des motions interdisant la double appartenance. Ils ont été battus, après des débats vifs.
Ces militants dénoncent la cohabitation dans les loges entre des socialistes et des « bourgeois » et tous ceux qui sont à leur service, ou réputés tels : préfets, magistrats, fonctionnair

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine La Chine et Confucius - Entre le compas et l'équerre

Agenda

Le 25 Septembre 2021 de 15:00 à 17:00

Le handicap dans la cité

Du 15 Octobre 2021 - 09:00
au 17 Octobre 2021 - 18:00

Lille-Ronchin : 8e salon du livre et de la culture

Du 16 Octobre 2021 - 09:00
au 17 Octobre 2021 - 18:00

13e salon lyonnais du livre maçonnique

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!