Focus

Dans l'ombre des mythes Signes de reconnaissance, secret, fraternité…

La franc-maçonnerie, dont l’originalité consiste à mêler rite et réflexion, tradition et modernité, symbolisme et solidarité, n’a pas échappé au mythe. Elle dispose d’une dizaine de récits ou de références mythiques qu’elle a empruntées au fonds culturel judéo-chrétien et qui lui ont permis d’élaborer une certaine vision du monde. 

Par rapport à la mythologie classique, elle a trié ses thèmes de prédilection : elle ne met pas en valeur Œdipe, Sisyphe ou Éros, Zeus ou les Titans, Orphée et les Enfers, des déesses belles et des nymphes imprévisibles, des héros métamorphosés, des monstres fabuleux ou des histoires d’amour et d’inceste. Mais on y retrouve le crime (meurtre d’Hiram), si souvent présent dans les relations entre les dieux païens ; on y retrouve la question de la transmission du savoir (les deux colonnes) posée par Prométhée ou Hermès ; on y retrouve la faute des ho

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n54

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!