Philosophie

Faut-il réinventer la démocratie ou tout simplement la prendre au mot ?

La démocratie, c’est à la lettre la souveraineté du peuple, c’est-à-dire son pouvoir sur lui-même, son autodétermination. L’étymologie grecque est éclairante : envisagé comme ensemble humain organisé en communauté politique, en cité (polis en grec), le peuple se dit démos. Et la faculté qu’a le peuple de s’organiser de façon autonome se dit kratos, terme désignant de façon générale le pouvoir de faire. La démocratie, pouvoir d’autorégulation du peuple, va de pair avec l’idée de souveraineté populaire que Rousseau consacre : le peuple se donne à lui-même sa propre loi au lieu de se la faire imposer, à la façon d’un commandement, par une puissance supérieure. 

Malaise dans la démocratie

Aujourd’hui, on peut se demander si la démocratie existe encore. Certes, les incantations ne manquent pas. Ni les références aux droits formels. Ni l’invocation sempiternelle de l’État de droit. Mais qu’en est-il encore des pouvoirs effectifs du peuple dès lors que se conjuguent des dérives peu innocentes qui invalident en pratique une démocratie sans cesse exaltée en théorie ? La souveraineté effective du peuple est elle encore respectée ? Les libertés formellement reconnues ne se vident-elles pas de leur substance du fait

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n54

Agenda

Le 21 Octobre 2017 - 19:30

D’un corps à l’autre - Bruxelles

Le 28 Octobre 2017 - 10:00

Les religions sont elles dangereuses ?

Du 18 novembre 2017 - 09:00
au 19 novembre 2017 - 18:00

15e Salon Maçonnique du Livre de Paris

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!