Philosophie

La joie de vivre selon Spinoza

L’œuvre majeure de Spinoza (1632-1677) s’intitule Éthique. Ce terme ne désigne pas un traité de morale, mais une étude rationnelle du chemin vers le bonheur, et de la meilleure façon d’être (ethos en grec) pour y parvenir. Il y affirme que l’homme est mû par son conatus, terme latin qui désigne le désir de persévérer dans l’être et de l’accomplir. Comment peut-il se réaliser dans le monde, et accéder à la joie (laetitia), qui atteste son passage à un degré supérieur d’accomplissement de soi, c’est-à-dire à une plus grande perfection ? 

 

Le premier rapport au monde passe par la « connaissance du premier genre ». Cette première appréhension de la réalité est prisonnière des apparences et des faux-semblants du vécu immédiat. Notre conatus ne fait alors que subir passivement, et de façon presque aveugle, les modifications qui s’imposent au corps du fait de sa soumission à une réalité qui l’englobe et le détermine. Nos premières affections sont alors des passions : elles sont passives par nature. Ainsi tout changement se produisant en nous dépend de causes extérieures, que des idées confus

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°74

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!