Philosophie

Sphère privée, sphère publique : comment faire le partage ?

Shutterstock image

Fondant la critique de toute extension totalitaire de l’intervention de l’État, Jean-Jacques Rousseau intitule un chapitre du Contrat Social « Des bornes du pouvoir souverain » . Il y pose une distinction principielle entre deux dimensions du même individu : la personne publique, c’est-à-dire le membre de la communauté politique souveraine appelée aussi État, et la personne privée, c’est-à-dire l’être humain libre irréductible à cette dimension publique, et indépendant d’elle sur le plan du droit. On peut noter que cette sphère privée n’est définie comme telle qu’au regard du risque d’une intervention illimitée de la sphère publique, et non pour affirmer une vision individualiste de l’existence humaine. Ainsi comprise, la distinction privé/public vaut référence contre toute tentation despotique : « le souverain, de son côté, ne peut charger les sujets d’aucune chaîne inutile à la communauté. »  

De ce point de vue, s’il importe à l’État que les citoyens respectent les lois et soient subjectivement disposés au civisme, il ne lui est possible de normer que les comportements, et dans les limites de « ce qui importe à la communauté ». Et Rousseau précise bien que toute intolérance doit commencer par être bannie. Pourvu qu’il se comporte conformément aux exigences de la vie commune formulées en lois par le peuple souverain ou ses représentants, le citoyen ne doit en aucun cas être inquiété au sujet des doctrines dans lesquelles il se reconnaît. La

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n88

Agenda

Du 15 Octobre 2022 - 10:00
au 16 Octobre 2022 - 18:00

3e salon du livre Maçonnique de Nantes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!