Société
Portrait d'Albert Lantoine

Albert Lantoine Hiram couronné d’épines

Dans la mesure où il est encore lu, Albert Lantoine (1869-1949) est cantonné à ses travaux sur la franc-maçonnerie. Pourtant, il a aussi été poète, romancier, critique littéraire. Franc-maçon, il a été membre de la Grande Loge de France, après avoir appartenu au Droit Humain, la première obédience mixte au monde, créée en 1893… ce qui ne l’a pas empêché de renier ensuite ses engagements féministes. Il a publié de nombreux écrits, mettant en avant une maçonnerie traditionnelle, qu’il voulait dégagée des contingences du monde profane. « Qui aime bien châtie bien », dit le poème. Albert Lantoine a bien aimé la franc-maçonnerie ! Plongée dans la vie de ce personnage étonnant que des frères de la Grande Loge de France entendent honorer depuis 2018 après avoir constitué une loge portant son nom.

Plusieurs vies, donc, pour cet homme, autour de deux axes principaux : la poésie et la franc-maçonnerie. Avec un point commun, un lien… l’écriture. Et une constante : il ne s’est jamais préoccupé de faire carrière, de laisser sa marque, de penser à une quelconque postérité. Serait-il possible de périodiser ? Sans risque de se tromper, on peut être d’avis qu’il y a un avant et un après la Première Guerre mondiale.
Tout commence pour lui à Arras, chef-lieu du Pas-de-Calais, où il naît le 31 janvier 1869, dans une famille de la bonne bourgeoisie local

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine N98

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!