Société

Calais ou la République souillée

Depuis quinze ans, l’afflux des réfugiés que le Royaume-Uni refuse d’accueillir crée à Calais une situation dramatique pour les migrants comme pour les habitants du secteur. Une véritable honte pour la République, incapable jusqu’à ce jour de résoudre une crise humanitaire qui interpelle les francs-maçons et tous les défenseurs des droits et de la dignité humains.

 

C’est une lande, presqu’une toundra sous le plafond gris d’un ciel de novembre. Des vagues multicolores de toiles en plastique, d’ordures, de lambeaux de vie, de haillons, d’où émergent ça et là les vilaines carcasses d’arbres décharnés. Et partout la boue, les flaques, et la puanteur des cabines que certains osent appeler « sanitaires ». Nous ne sommes ni dans un camp de réfugiés à la frontière syro-libanaise – bien mieux organisé selon un bénévole de l’ONG ACTED – ni dans un bidonville de Lima ou de New-Dehli. Et encore moins sur un champ

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°45

Agenda

Le 01 Mars 2020 de 10:00 à 18:00

Journée portes ouvertes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!