Société

Interview : Jean-Pierre Servel, grand maître de la GLNF Calme, sérénité, mais fermeté

Alors que la prestigieuse loge de recherche Villard de Honnecourt vient de fêter ses 50 ans à l’automne, Jean-Pierre Servel à l’issue de sa deuxième année de mandat à la tête de la GLNF, savoure une stabilité retrouvée. Cette année a vu l’aboutissement d’un certain nombre de projets, dont l’adoption, à une très large majorité (99 %) par les délégués de loges et les membres du souverain grand comité des réformes du règlement général de l’obédience. Et surtout, ce qui réjouit le grand maître, c’est la « reconnaissance » de nouveau accordée à la GLNF par la Grande Loge Unie d’Angleterre. Un statut que l’obédience n’entend pas partager avec d’autres qui rêveraient d’un projet de confédération de loges régulières.

 

Propos recueillis par Hélène Cuny

Hélène Cuny : Quel bilan faites-vous de cette année ?
Jean-Pierre Servel : De l’extérieur, notre attachement à la reconnaissance peut sembler archaïque, il est en revanche pour nous maçons réguliers, un symbole fort, dans la mesure où il nous resitue dans nos racines, au cœur de notre tradition. Finalement, si l’on jette un rapide coup d’œil en arrière, ce qu’avait sanctionné la Grande Loge Unie d’Angleterre se résume à la crise interne, aggravée par l’intervention d’une administratrice judiciaire, situation

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°36

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!