Société

La ruche baltique : une loge maçonnique en Lettonie

DR

Le 5 mars 2022, la Grande Loge Mixte Universelle, en présence de son grand maître Bernard Dekoker-Suarez a procédé à l’allumage des feux de La ruche baltique, à Riga en Lettonie. Entretien, avec Andrew Galzons, vénérable maitre de cette toute nouvelle loge.

Propos recueillis par Hélène Cuny

Hélène Cuny : Comment s’est créée La ruche baltique ? Est-ce la première loge de la GLMU implantée en Lettonie ?
Andrew Galzons : En 2016, a d’abord vu le jour Le nombre d’Or, première loge de la Grande Loge Mixte Universelle en Lettonie. Nous connaissions déjà les traditions de la Grande Loge de France et de la Grande Loge Féminine de France, mais l’intérêt pour nous était de travailler en mixité. La GLMU nous a donné cette possibilité. L’implantation de la franc-maçonnerie en Lettonie a connu des soubresauts liés à l’histoire. Avant la Seconde Guerre mondiale la Lettonie était dominée par la franc-maçonnerie dogmatique des terres anglo-saxonnes et le système suédois. La maçonnerie dite libérale était très minoritaire, même si dans ses rangs on a pu compter le deuxième président de la République de Lettonie Gustavs Zemgals (1871-1939), qui appartenait au Grand Orient de France. À partir de 1940, l’occupation soviétique des Pays baltes a sonné le glas de la franc-maçonnerie. Il faudra attendre 1991 et l’indépendance de notre pays pour que renaisse une activité maçonnique. 

HC : Quel est le profil des maçons de votre loge ?
AG : Il n’y aurait pas grand intérêt selon moi à regrouper des personnes d’une même profession. Notre atelier est très diversifié ; il regroupe des ouvriers, économistes, philologues, avocats, artistes, médecins, enseignants, entrepreneurs, docteurs en sciences, etc. La moyenne d’âge se situe autour de 40 ans et il y a un équilibre numérique entre les Sœurs et les Frères. Chaque individualité est le ciment qui nous unit et nous fortifie spirituellement. Les 50 années de régime dictatorial que nous avons vécues ont laissé des traces dans la population. Pour certains, le passage aux valeurs démocratiques n’est pas une évidence ; ce sont les mêmes qui regardent la franc-maçonnerie avec une certaine méfiance et incrédulité. Les nouvelles générations ont un regard plus ouvert. 

HC : Justement, comment la franc-maçonnerie est-elle perçue en Lettonie par la population, par l’Église ? 
AG : Nous avons coutume de dire qu’un bon franc-maçon est un franc-maçon invisible ! Il n’est pas question ici de faire de grandes révélations sur les « secrets » de l’Art royal ni de faire étalage de son appartenance ! Nous travaillons discrètement dans nos temples. 
En Lettonie, les trois grandes confessions majoritaires — catholiques, protestantes et orthodoxes — coexistent relativement harmonieusement et les rapports entre l’État et les représentants des religions sont plutôt pacifiques. Nous n’avons pas connu comme en France de séparation douloureuse entre l’Église catholique et l’État. Il en résulte une certaine ouverture et tolérance des Églises à l’égard de la franc-maçonnerie, ce qui se ressent au sein même de la population. 

HC :  Quels sujets aimez-vous travailler en loge ? 
AG : Nous attachons une grande importance au travail symbolique. Deux mots-clés président nos travaux : spiritualité et rituel. Beaucoup de gens dans le monde profane essaient de trouver la spiritualité dans les textes religieux. Mais la franc-maçonnerie offre une ouverture vers une spiritualité non dogmatique. Le rituel est la clef de voute permettant d’y accéder. Le cheminement spirituel maçonnique est une épreuve car il s’agit de se confronter à soi-même et nous savons tous à quel point c’est difficile. Ce voyage intérieur nous donne un nouveau regard, une nouvelle perspective. Il fait écho à la devise de Socrate « Connais-toi toi-même ». La liberté de pensée est pour nous primordiale. En comprenant et en apprenant le langage des symboles, nous devenons capables d’intégrer l’essence de la laïcité. Si la teneur de nos travaux est clairement symbolique cela ne nous empêche pas porter un regard sur la société et sur ce qui se passe autour de nous ; nous avons pu avec notre langage symbolique exprimer notre ferme soutien à l’Ukraine. Preuve d’un certain dynamisme, il existe aussi une littérature maçonnique en letton, qui tend à se développer.
On assiste déjà à la formation d’une nouvelle ruche au sein de La ruche baltique. Laissez les abeilles travailler et récoltez leur nectar, telle est notre devise !

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n86

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!