Société

Le grand écart entre régularité et universalisme

Les maçons parlent beaucoup de régularité et d’universalisme, mais s’interrogent peu sur les enjeux de ces deux notions et sur leur rapport souvent problématique. Or des Lumières à nos jours, des évolutions significatives ont eu lieu, en fonction des divers contextes nationaux et coloniaux. Aujourd’hui, il semblerait qu’il faille souvent faire un grand écart pour rendre compatibles ces deux notions. 

Le terme « régularité » eut dans la première moitié du dix-huitième siècle et jusqu’à l’époque révolutionnaire un sens purement technique, assez banal somme toute, qui se déclinait de façon verticale, de la Grande Loge au simple maçon. Était « régulière » toute loge ayant reçu une patente d’une Grande Loge elle-même « régulièrement » constituée, pourvue d’un collège d’officiers, pouvant revendiquer un lieu précis (le plus souvent, une auberge) pour que les frères puissent s’assembler à un rythme déterminé, envoyant des rapports rÃ

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine N90

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!