Société

Pouvoir et franc-maçonnerie Faut-il vénérer les Vénérables ?

Les grandes ambitions de la franc-maçonnerie passent par de petites ambitions très humaines. C’est là l’un des nombreux paradoxes d’un courant de pensée qui se veut libre des contingences profanes, mais qui, pour se donner une consistance emploie des modes de gouvernance calqués sur ceux de la société civile. État des lieux.

 

Paris, vendredi 21 septembre 2018. Un doux soleil baigne la capitale et donne un air guilleret à la mise sombre et quelque peu austère de messieurs d’un âge certain sortant en grappe du métro pont Cardinet pour se rendre d’un pas décidé vers les locaux de la Grande Loge Nationale Française, rue de Saussure, dans le 17e arrondissement. Ce vendredi est en effet jour d’élection du Grand Maître pour la seule obédience de France dite « régulière » parce que reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre. Mais qui dit élection ne dit pas forcément démocrat

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n65

Agenda

Le 22 novembre 2018 de 20:00 à 22:00

Franc-maçonnerie et ruralité

Le 24 novembre 2018 de 10:00 à 13:00

Université maçonnique

Le 24 novembre 2018 de 14:00 à 18:00

Vive la spiritualité !

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!