Société

Quand Giscard courtisait la franc-maçonnerie

Dans les années 70, en pleine campagne des législatives et peu avant les présidentielles de 1981, la franc-maçonnerie est l’objet de convoitise. L’annonce fulgurante du Canard enchaîné sur le souhait du Président de la République en place, Valéry Giscard d’Estaing de devenir franc-maçon sonne comme un coup de tonnerre dans les milieux maçonniques. 

 

À chaque réunion du conseil de rédaction, Maurice Maréchal, le fondateur du Canard, demandait à ses chroniqueurs et dessinateurs, en débouchant une bouteille de Juliénas : « Avec qui allez-vous me fâcher cette semaine ? »
Les articles et dessins que publie le journal entre 1974 et 1981, pendant le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, offrent l’occasion de nombreuses « fâcheries » avec les hommes de pouvoir, et le président en particulier. Les flèches sont nombreuses : l’hebdo n’aime pas la politique qu’il mène, et pas davantage l’homme, qu’i

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°69

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!