Société

Quand les maçons chantaient et rimaillaient

Lyre. Photo de Ronan Loaëc, tirée de À la découverte des temples maçonniques de France, textes Ludovic Marcos, éd. Dervy, 2017

Très tôt, la musique a été un élément important, décisif même, dans le déroulé des travaux maçonniques. La première édition des Constitutions d’Anderson comprend même quatre cantiques… c’est tout dire ! Le XVIIIe siècle est le siècle d’or… on chantait, et beaucoup. 

Dès cette époque, des recueils sont publiés en France et à l’étranger, regroupant ici une Chanson d’union, là une Chanson des apprentis avec, pour joindre l’utile à l’agréable, la reproduction des partitions. Un de ces volumes, publié en 1766 par un libraire hollandais reproduit sur 560 pages pas moins de 317 chansons, et encore l’éditeur signale n’avoir retenu que des chansons en usage régulier dans les loges. Ces textes souvent simples apportent un éclairage sur la vie des loges, sous le signe de la bienveillance, du plaisir et de la joie d’être

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n94

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!