Société

Théories du complot : aux racines d'un mal très français

En 2013, une étude du think tank britannique Counterpoint (Conspiracy theories in France/Théories conspirationnistes en France) mettait en lumière qu’un Français sur 2 (51 % exactement) adhérait aux  théories du complot et considérait que « ce n’est pas le gouvernement qui gouverne la France ; on ne sait pas en réalité qui tire les ficelles ». Et à la question de savoir qui étaient les « marionnettistes », 27,03 % répondaient que « des groupes secrets comme les francs-maçons » étaient ceux qui « manœuvrent la France dans les coulisses ».  Rapprochés de l’inquiétante montée des radicalismes, de l’antimaçonnisme et autres intolérances (dont Franc-Maçonnerie Magazine se fait régulièrement l’écho), ces données ne pouvaient que nous inciter à nous rapprocher de l’un des spécialistes actuels des théories complotistes, pour mieux comprendre, notamment, les racines de ce mal et pourquoi ces idées avaient trouvé un tel terreau en France depuis l’origine. 
Historien et chercheur, docteur de l’École Pratique des Hautes Études (section sciences religieuses), Emmanuel Kreis est spécialiste des théories conspirationnistes, en particulier du mythe du « complot judéomaçonnique » et travaille sur l’hostilité anti-juive (plus large, explique-t-il, que le seul antisémitisme, étiquette qu’il n’applique qu’à ceux qui s’en réclament), notamment celle des milieux catholiques. Il est l’auteur des Puissances de l’ombre : la théorie du complot dans les textes , anthologie qui lui permet d’inventorier et de commenter les principaux théoriciens du conspirationnisme. 

 

Francis Moray : Sentez-vous un renouveau des théories du complot ?
Emmanuel Kreis : C’est en réalité très difficilement mesurable. L’adhésion à une théorie historique alternative faisant du complot un moteur de l’Histoire se développe assurément. Le développement d’Internet, l’absence de perspective d’avenir, le non-renouvellement de certaines élites, la désaffection politique, tout cela dans un climat de crise, favorisent le développement d’une tentative d’explication par le biais d’une prétendue conspiration. Il faut toutefois être prudent

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°34

Agenda

Le 23 novembre 2019 de 09:30 à 17:00

Une violence pour la paix ?

Le 23 novembre 2019 de 14:00 à 18:00

Le sens de l'honneur

Du 30 novembre 2019 - 09:00
au 01 Décembre 2019 - 19:00

6e salon maçonnique de Toulouse

Du 30 novembre 2019 - 09:00
au 01 Décembre 2019 - 12:30

3e biennale du livre et de la culture maçonniques en Périgord

Le 07 Décembre 2019 de 09:30 à 18:00

Histoire et actualité des grades ajoutés

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!