Société

Ukraine et Russie - Deux franc-maçonneries sœurs pour le meilleur et parfois pour le pire

Monument à l'indépendance - Kiev - Shutterstock image

Les tragiques événements d’Ukraine nous rappellent que la paix, la démocratie et le progrès ne sont jamais acquis, bien que ces idéaux fussent promus par les francs-maçons depuis trois siècles en Ukraine comme en Russie. Une franc-maçonnerie oscillant entre ésotérisme et humanisme prospéra dans ces régions jusqu’à l’installation du pouvoir soviétique, mais ses représentants, à l’image du présumé pogromiste Symon Petlioura assassiné à Paris en 1926, furent emportés par le cours tragique de l’histoire sans parvenir à l’enrayer jusqu’à aujourd’hui.

Paris, 25 mai 1926. En ce début d’après-midi printanier, un homme vêtu bourgeoisement sort du restaurant populaire Chartier au 3 rue Racine dans le Vème arrondissement de la capitale. Alors qu’il s’apprête à remonter le boulevard Saint-Michel, un quidam, vêtu d’une blouse blanche d’ouvrier l’aborde en le dévisageant et lui demande : « Vous êtes monsieur Petlioura ? » Sans attendre la réponse, il lui lance « Défends-toi canaille ! » et après avoir fait feu à cinq reprises sur sa victime s’écrie : « Assassin ! Voilà pour les massacres ! VoilÃ

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n87

Agenda

Du 15 Octobre 2022 - 10:00
au 16 Octobre 2022 - 18:00

3e salon du livre Maçonnique de Nantes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!