Tradition

Bons Cousins et Bons Drilles, quel chantier !

Une des interférences entre spéculatifs et opératifs d’antan offre un bel exemple d’aller-retour entre les deux univers : les « Bons Cousins » fendeurs. Moins connus que les Bons Cousins charbonniers, qui donneront naissance au début du XIXe siècle au carbonarisme, les Bons Cousins fendeurs procèdent d’une forme rurale de compagnonnage qui a disparu durant l’entre-deux-guerres et dont on possède de fort maigres témoignages de l’existence dans les forêts de Bourgogne, du Nivernais et du Bourbonnais.

 

En quoi consistait ce métier ? Voici ce qu’en dit Duhamel du Monceau (De l’exploitation des bois, 1764). « Quand les bûcherons ont abattu les arbres, et qu’ils en ont retranché les branches, le marchand qui les a destinés à faire du bois de fente, livre en cet état les corps d’arbres, et quelquefois aussi les grosses branches, aux ouvriers fendeurs, qui, selon la grosseur et la longueur de ces troncs, les débitent pour différents ouvrages ». Le bois fendu de fil possède des qualités que le bois de sciage n’a pas. On relèvera parmi ces ouvrages des ram

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°69

Agenda

Du 16 novembre 2019 - 09:00
au 17 novembre 2019 - 18:00

17e salon maçonnique du livre de Paris

Du 30 novembre 2019 - 09:00
au 01 Décembre 2019 - 19:00

6e salon maçonnique de Toulouse

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!