Tradition

Comment s’est créé le signe du Rite Français ?

Allégorie en l’honneur de la franc-maçonnerie, de Jean-Baptiste Marie Louvion et Claude-Louis Desrais – circa 1789-1804. Musée Carnavalet

Qu’il va être facile d’expliquer quelque chose dont on ne doit pas parler ! 

Il est commun de dire que les francs-maçons n’ont pas un seul signe d’ordre à chaque grade, mais une multitude selon les rites. Le Rite Français ne se mettra pas à l’Ordre de la même manière que le maçon pratiquant le rite Emulation. Depuis près de 10 ans, je me demandais si un jour il serait possible d’obtenir des indices expliquant cela. Ce jour est enfin arrivé. Lors de l’introduction de la franc-maçonnerie en France, le signe d’Ordre était logiquement celui des Anglais. À quel moment y a-t-il eu un glissement ? Pour répondre à cela, le premier indice nous provient du rituel issu du convent de Wilhelmsbad de 1782. Il y est noté que le signe se fait la main droite sous le col. Pourquoi ? On le voit sur la gravure, sur laquelle il est précisé : « En mémoire des secours donnés aux Malheureux, par les F.F. Maçons, pendant le Rigoureux Hyver de l’année 1789 ». L’inscription nous indique alors que le dessinateur et le graveur sont maçons. Il s’agit de Claude-Louis Desrais et Jean-Baptiste Marie Louvion. Or, ce dernier décédera en 1804 ce qui permet de dater la gravure entre 1789 et 1804. On peut y voir deux francs-maçons. L’un, la bavette relevée, distribuant une bourse à des affamés, l’autre, tenant un maillet derrière un pupitre. Or, comme le rituel de 1782 le laissait penser, se mettre à l’Ordre comme les Anglais quand on porte un jabot au col est bien compliqué lors d’une longue prise de parole à la française. Voici peut-être pourquoi, dans les rituels de la Grande Loge Générale Écossaise de 1804, il est indiqué à un moment que « le larynx se situe entre l’index et le pouce ». La pratique est confirmée dans le tuileur de Villaume de 1820. Le tuileur de Ragon de 1861 nous permet de déterminer que c’est entre 1804 et 1861 que le signe d’Ordre s’est généralisé dans la pratique actuelle. Pour la justifier, Ragon n’hésite pas à déclarer : « Cette pose est fort ancienne ; elle appartient à l’initiation qui l’a reproduite sur divers monuments de l’Antiquité. On peut, sans invraisemblance, l’attribuer, avec les bases morales de l’initiation et les épreuves du 1er grade, aux disciples de Zoroastre qui auront complété ce signe pour se reconnaître en saluant. La même pose est attribuée, par Macrobe, à Vénus, en pleurs, après la mort d’Adonis. Philon d’Alexandrie, dans les détails qu’il donne sur les Esséniens de l’Égypte ou Thérapeutes décrit la pose, et c’est la même, qu’ils observaient dans leurs assemblées, lorsqu’ils écoutaient les instructions de leurs chefs ». Bel argumentaire ! Le problème, c’est que pour avoir vérifié chacun de ces points, tout est faux. Pour légitimer ce glissement de posture du signe d’Ordre, certains maçons sont allés jusqu’à inventer un ensemble de justifications historiques. La réalité est sans doute plus prosaïque. Le signe d’Ordre du 1er grade tel que nous le connaissons aujourd’hui est ainsi très probablement une adaptation plus pratique du signe d’Ordre anglais. 

 

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n94

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!