Tradition
La Jérusalem céleste dans le manuscrit du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana conservé par la Bibliothèque de Genève, Ms. lat. 357 (illustration 2) - Cliché : JM Mathonière

Géométrie ésotérique et Jérusalem céleste

Pour justifier l’évidence d’une géométrie sacrée qui inclurait de facto, comme dans un tout homogène et une doctrine parfaitement définie, le Nombre d’Or, la quine et la corde à 13 nœuds, on m’oppose souvent l’exemple « évident » des tracés qui réguleraient tel ou tel édifice ancien ou encore telle œuvre picturale. Mais ces analyses réalisées a posteriori constituent-elles une preuve ? Ainsi que je vais le montrer au travers d’un exemple parfaitement significatif, l’absence de bases constructives précises dans l’œuvre elle-même oblige à se poser la question. 

Je ne suis pas radicalement hostile à l’existence d’une géométrie que l’on peut qualifier d’ésotérique, de sacrée ou encore de secrète – mais qui n’est jamais qu’une vision plus ou moins hermétisante de la géométrie euclidienne. Au Moyen Âge on en trouve quelques belles traces dans le carnet de Villard de Honnecourt et son existence, sur le plan technique comme symbolique, est assez bien documentée chez les compagnons tailleurs de pierre germaniques. C’est justement cela qui m’a amené, après une formation initiale de dessinateur en bâtiment,

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine N90

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!