Tradition

Les compagnons font-ils des niches ? Ou comment distinguer les emblèmes compagnonniques des emblèmes maçonniques ? #2

Dans un précédent article, nous avons vu que la base d’une majorité de blasons compagnonniques depuis le milieu du XIXe siècle est l’équerre et le compas entrecroisés, auxquels s’ajoutent ou non divers outils. S’agissant d’un signe d’appartenance qui du point de vue des artisans n’avait pas vocation à être caché, la présence de ce symbole sur un linteau de porte de maison doit le plus souvent être attribuée à un compagnon plutôt qu’à un franc-maçon. Toutefois, plus on remonte vers le passé, moins les emblèmes sont standardisés et discriminer le compagnonnique du maçonnique peut s’avérer complexe. D’autant que dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’emploi par les compagnons d’éléments d’origine maçonnique peut s’avérer trompeur.

Voici par exemple une inscription « mystérieuse » dont on rencontre deux témoignages sur des habitations de villages du Lot-et-Garonne, Saint-Sardos et Granges-sur-Lot. Entre un compas ouvert sur la lettre C et une équerre au-dessus de la lettre S se trouve sur deux lignes l’inscription suivante : A:.L:.G:.D:.G:.A:.D:.L:. / RESERBAT. Le caractère maçonnique de la première ligne ne semblant faire aucun doute, même s’il manque la lettre U en dernier afin de former la célèbre formule « À La Gloire Du Grand Architecte De L’Univers », certains n’ont pas man

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°73

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!