Tradition

Liberté de passage, j’écris ton nom…

Dans ma précédente chronique, j’avais évoqué l’emprunt que des compagnons scissionnaires avaient fait au rituel des Bons Cousins fendeurs vers 1835, avant de l’abandonner puis de revenir, comme presque tous les compagnonnages, au substantifique terreau maçonnique pour s’en nourrir. Si on ne sait pas ce qui amena ces fameux « Indiens » (charpentiers du Devoir de Liberté) à abandonner aussi vite la belle thématique forestière, c’est sans aucun doute la richesse des hauts grades maçonniques qui les aura retenus par ailleurs.

 

Car on sait que malgré un discours laissant à croire que leurs rites sont immuables depuis « l’Antiquité à Salomon », les compagnons d’antan ne se privaient pas d’enrichir en permanence leurs rituels afin de les rendre plus aptes à marquer fortement les esprits des jeunes récipiendaires. Le témoignage du compagnon tanneur Jules-Napoléon Bastard, vers la fin des années 1860, est à cet égard parfaitement représentatif de l’opinion de nombre de compagnons instruits : « Mais qu’avons-nous pour pouvoir instruire un homme ? Rien, nos écrits ne sont pas a

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n70

Agenda

Le 18 Octobre 2019 - 19:00

Gala de bienfaisance de la GLTSO

Du 19 Octobre 2019 - 09:00
au 20 Octobre 2019 - 18:00

2e salon du livre maçonnique de Nantes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!