Tradition

À propos de la corde à 13 nœuds #1

Dalle funéraire d’Hugues Libergier, architecte mort en 1263 à Reims. Cliché :Jean-Michel Mathonière

Dans l’esprit du public, le compagnonnage passe pour être l’héritier par excellence des bâtisseurs de cathédrales et, par ce biais, des bâtisseurs antiques. Pour les francs-maçons, les compagnons, quels qu’en soient les métiers, sont des « cousins », détenteurs de secrets qui se seraient perdus lors de la naissance de la maçonnerie spéculative. Parmi ces secrets opératifs, quoi de plus noble, de plus mystérieux et en même temps de plus « rationnel » que les arcanes de la géométrie ? Mais, comme nous allons le voir, ces secrets — et l’attrait irrépressible des francs-maçons pour le mystère — peuvent aussi être prétexte à fabriquer par inadvertance de nouvelles croyances.

S’il est exact que les bâtisseurs d’antan témoignent au travers de leurs réalisations de compétences remarquables en matière de géométrie et de stéréotomie , devons-nous pour autant laisser notre imagination gambader et penser que ces connaissances sont héritées d’une tradition orale, secrète et remontant pour le moins aux pyramides d’Égypte ? Et qui serait toujours intégralement transmise aujourd’hui ? Devons-nous évoquer le « TRAIT » (en capitales dorées) en prononçant le mot avec emphase, tout en roulant les yeux jusqu’à l’extase de crai

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n88

Agenda

Du 15 Octobre 2022 - 10:00
au 16 Octobre 2022 - 18:00

3e salon du livre Maçonnique de Nantes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!