Tradition

Sous ce signe se trouve une vertu non équivoque…

Les interférences entre compagnonnage et franc-maçonnerie ont peut-être débuté dès les premiers pas de celle-ci en France, durant les décennies 1730-1750, par le biais des tailleurs de pierre. 

Si la défiance vis-à-vis des ouvriers (les compagnons des corporations) était de mise au XVIIIe siècle, il ne faut pas ignorer que, pour leur part, les compagnons « du Devoir » ou « de Liberté » n’étaient pas destinés à rester toute leur vie dans ce statut social infériorisé : à l’issue de leur tour de France, nombre d’entre eux devenaient « maîtres » et quelques-uns évoluaient vers d’autres domaines d’activité, par exemple l’armée. C’est donc sous un statut social différent que l’on peut en croiser dans les loges sous l’Ancien Régim

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°74

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!