Tradition

Un temple à ne pas laisser un maçon dehors !

Si l’on peut constater des traces de l’influence maçonnique sur les compagnonnages dès le XVIIIe siècle, c’est toutefois après 1789 que ce phénomène prendra une ampleur qui ira croissant durant les premières décennies du XIXe. Les raisons en sont multiples, le plus souvent passives – la franc-maçonnerie offrant au regard de tous par ses divulgations des modèles fascinants de rites, de légendes et d’iconographie symbolique –, quelquefois actives – des Maçons, compagnons ou non, souhaitant ardemment apporter de plus grandes lumières aux ouvriers.

 

La création de l’Union Compagnonnique en 1889 marque le point culminant de cette influence sur les compagnonnages. Résultant des idées pacifistes propagées par Agricol Perdiguier et de la fusion de sociétés de secours mutuels, notamment d’origine lyonnaise, cette société réunit des compagnons appartenant aux trois anciennes familles rituelles : « enfants » de Maître Jacques, du Père Soubise et de Salomon, dont les luttes ensanglantèrent souvent les routes du Tour de France. Pour parer aux vieilles rancœurs entre les rites à réunir, les fondateurs, dont

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°67

Agenda

Le 23 Mars 2019 - 14:00

Qui fait les bébés ?

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!