Tradition
Bibliothèque du GODF, photo Pierre Mollier

Une querelle de générations… maçonniques

François Cavaignac et Jean-Philippe Marcovici viennent de consacrer un livre à Jean-Nicolas Bouilly (1763-1842). Voilà donc enfin une biographie de l’« illustre Bouilly ». La formule peut paraître provocante pour un homme complètement oublié, mais elle ne l’est pas tant la notoriété de Bouilly fut grande en son temps. L’auteur à succès fut aussi un des principaux dirigeants du Grand Orient de France sous la Restauration. Les archives de l’obédience conservent une lettre passionnante qui illustre l’évolution de la franc-maçonnerie française dans ce « premier XIXe siècle ».

Entre la Révolution et sa mort en 1842, Jean-Nicolas Bouilly aura publié plus de 60 pièces de théâtre et recueils de nouvelles ou de contes qui rencontrèrent tous un grand succès auprès du public. Son bestseller, Fanchon la vielleuse, fit serrer les cœurs des chaumières aux châteaux et servit de livret au magnifique Fidelio de Beethoven. C’est une personnalité de premier plan du monde littéraire français de la première moitié du XIXe siècle. Le Grand Orient de France ayant été un fidèle soutien de l’Empire se trouva dans une situation inconfortable

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n82

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!