Tradition

Unis, vous grandirez toujours…

Nombre de lecteurs savent que chez les charpentiers les compagnons étaient divisés en deux sociétés rivales : d’un côté, les compagnons passants charpentiers du Devoir, également appelés « les enfants du Père Soubise » ou les « Bons Drilles » ; de l’autre, les compagnons charpentiers du Devoir de Liberté, également appelés « les enfants de Salomon » ou les « Indiens ». Ces derniers seraient nés d’une scission ayant eu lieu en 1804 à Paris, mais c’est seulement vers 1835 que ces « renards de Liberté », comme les qualifie Perdiguier en 1841, commencèrent réellement à s’organiser.

 

Si l’on a souvent pointé du doigt le fait que les « Indiens » étaient très influencés par la franc-maçonnerie (ce sera l’objet d’un prochain article), il serait faux de penser que se réclamant comme fondateur d’un moine bénédictin du XIIe ou du XVe siècle (selon les légendes), les enfants du Père Soubise auraient fait preuve d’un tel catholicisme qu’ils se seraient tenus loin de toute influence maçonnique. En réalité, durant tout le XIXe siècle, nombre de compagnons passants charpentiers ont également appartenu à la franc-maçonnerie et ont ac

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°66

Agenda

Le 23 Mars 2019 - 14:00

Qui fait les bébés ?

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!